Airsoft

Un article de Wiki Airsoft.

Jump to: navigation, search

Source Wikipedia : Auteurs (GNU Licence)

L'airsoft est une activité de loisir légale, la vente des répliques est strictement réservée aux personnes majeures. Ce jeu oppose en général deux équipes dont les joueurs sont munis d'un masque ou de lunettes de protection (obligatoires) et d’une réplique d’arme propulsant par gaz ou air comprimé des billes de 6 mm ou 8 mm en plastique, parfois en rafale. En France, c'est le décret n° 99-240 du 24 mars 1999 (texte) qui réglemente la commercialisation des répliques d'armes à feu développant une énergie en sortie de bouche supérieure à 0,08 joule et inférieure ou égale à 2 joules. Les projectiles utilisés ne contiennent pas de peinture et le jeu repose donc uniquement sur le fair-play. Il existe plusieurs types de scénarios pratiqués couramment comme la capture de drapeau, le deathmatch en équipe ou encore la protection de VIP.

Contrairement aux idées reçues, les lanceurs de type airsoft développent une moins forte puissance que les lanceurs de paintball (plus connu) grâce à la faible masse des billes. Les deux activités ont généralement un but ludique, marquées par une approche de réalisme militaire, une impression que la grande majorité des joueurs ne veulent pas donner. La différence réside surtout dans les tenues vestimentaires camouflées que portent les airsofteurs et les lieux de jeu. Le Paintball se pratique habituellement sur des terrains de sport équipés d'obstacles gonflables, l'airsoft se pratique sur des terrains privés de type naturel ou urbain.


Sommaire

Les activités liées à d'airsoft

L'airsoft comprend tout ce qui se rapproche de l'utilisation des ces "répliques d'arme tirant des projectiles a faible puissance" a savoir :

La collection, la jouabilité des premiers modèles n'étant pas au top notamment avant la généralisation du système hop-up, les première réplique était souvent collectionnés ;

Le wargame, comme dit plus haut jeu de guerre en traduction littérale, qui comme sont cousin le paint-ball consiste a s'affronter en équipe dans une partie scénarisée ou non a la manière d'un mode multijoueur dans un FPS il constitue la principale activité de la planète airsoft ;

Le tir sur cible, l'airsoft permettant de s'amuser a tirer sur une cible sans risque majeur compte tenu de la faible puissance, de plus on trouve dans certain pays un dévelloppement du BBIPSC equivalent en airsoft de l'IPSC equivalent anglophone du TSV, tir sportif de vitesse ;

Le jeux de rôle, les lanceurs d'airsoft sont aussi utilisés pour les jeux de rôle grandeur nature, il peuvent avoir la même fonction que dans le wargame ou tout simplement être présent a titre d'accessoires.

La reconstitution, les répliques d'airsoft sont aussi utilisées par certain pour la reconstitution militaire, époque guerre du Viet Nam ou deuxième guerre mondiale elle sont une excellente substitution aux armes réelles.

Le modélisme, quelques répliquent étant livrée en kits, certain passent leur dimanche a monter démonter modifier leur arsenal, ajouter des pièces en métal, les peindre ou les poncer pour renforcer le réalisme comme le ferait un passionné de maquette.


L’airsoft est possible dans la plupart des pays, cependant la législation n'est pas forcément la même partout. Par exemple l’Allemagne interdit les répliques automatiques (tirant en rafales), tandis que l’Indonésie interdit tout simplement cette activité.

Historique

Les problèmes des premières répliques à gaz

Le problème avec les lanceurs d'époque était l'encombrement des bouteilles à air comprimé utilisées afin de faire tirer les répliques. Parfois des bonbonnes internes sont réalisées dans les répliques voir les chargeurs, améliorant le réalisme. Mais l'utilisation de l'air à haute pression demande beaucoup de sérieux et réserve alors ces répliques à un petit groupe de passionnés.

L'autre problème de ces répliques étant la portée utile très faible (20 a 30 mètres à 2 joules) obligeant les utilisateurs à augmenter les puissances au-delà des 2 joules règlementaires. À la fin des années 80 toutes les répliques airsoft fonctionnent au gaz basse pression (10 bars) ou à l'air comprimé.

L'arrivée des répliques électriques

Tokyo Marui société Japonaise alors spécialisé dans le modélisme bas de gamme, tente sa chance sur le secteur de l'airsoft en produisant alors des répliques d'armes utilisant la technologie des voitures électriques télécommandées. L'air comprimé est fourni alors par un piston poussé par un ressort qui est armé grâce à une boite de vitesse qui tire l'énergie mécanique d'une moteur électrique ce dernier est alimenté par un accumulateur. La facilité d'utilisation et d'entretien est telle que c'est le principal déclencheur du succès de l'activité.

Tokyo Marui qui a commencé avec la fabrication du FAMAS français (réplique très appréciée par une partie de la population des airsofteurs Japonais grâce à son look futuriste et sans pareil). Suivent alors rapidement la gamme des M16A1 et M16 VN (Vietnâm) puis le CAR-15 et le XM 177E2 ainsi que le MP5 pour étendre ensuite sa gamme de produits à plusieurs dizaines de répliques.

En 1993 Tokyo Marui invente et brevète le Hop-up. Ce système permet d'augmenter la portée des billes sans augmenter la puissance de sortie des ces dernières. Le système s'appuie sur le système Bernoulli et permet grâce a une pièce de caoutchouc de frotter la bille et telle un lift au tennis de la faire "voler".


En 1999 Classic Army, entreprise domiciliée à Hong Kong lance elle aussi la production de répliques d'airsoft, caractérisées par une plus grande présence d'éléments métalliques comparativement à Tokyo Marui.

Cette activité souffre d'une réputation de simulacre d'activité paramilitaire, qui est malheureusement parfois justifiée au vu du comportement de certains joueurs. Il faut cependant prendre garde à toute généralisation. Il est en effet possible de jouer de manière beaucoup plus saine et le jeu se révèle alors extraordinairement tactique et un excellent sport d'équipe très riche en interactions. Il présente par ailleurs l'avantage d'être très complet en demandant un large panel de compétences.

Les équipes françaises tendent aujourd’hui vers une reconnaissance plus officielle en créant des associations loi 1901 souscrivant à des assurances. Internet contribue largement à l’essor de cette discipline et les airsofteurs se rencontrent grâce aux divers forums nationaux ou régionaux.

Équipement

Protections

  • Masque : Élément obligatoire, il protège le visage du joueur des impacts occasionnés par les billes. Suivant les équipes, les masques peuvent être testés avant les parties pour vérifier qu’ils résistent bien aux impacts des billes. Par souci de confort ou par style de jeu, certains joueurs utilisent exclusivement des lunettes de protection oculaire, ce qui représente le minimum vital de sécurité (mais des accidents de type "dents cassées" arrivent, mais restent très rares).
  • Sans oublier bien sûr les diverses protections, tels que genouillères, coudières, casques, gants, chaussures montantes, etc.

Répliques

Puissance des répliques : selon la loi, toute vente de lanceur de projectile dont l'énergie développée en sortie de canon est égale ou supérieure à 2 Joules devient une arme de 7e catégorie. Les mesures de puissance s'effectuent généralement par rapport à la vitesse de sortie (FPS ou Feet Per Second) et au poids du projectile (bille de 0,20 gramme généralement utilisée pour référence). En effet il s'agit d'énergie cinétique.

Les répliques d’armes qu’utilisent les joueurs d’airsoft ne sont pas considérées comme des armes au sens du décret de 1995. Mais elles sont soumises au [décret n° 99-240 du 24 mars 1999] relatif aux conditions de commercialisation de certains objets ayant l’apparence d’une arme à feu. Ce décret ne réglemente en aucune façon le transport (interdit dans les lieux publics si la réplique est visible) ou l’utilisation des répliques d'armes à feu mais uniquement leur commercialisation comme le titre le précise.

Billes : Elles ont un diamètre de 6 mm (ou 8 mm sur de rares modèles) en plastique (biodégradable ou non). Il existe différentes qualités de billes et différents grammages (0,12 g, 0,18 g, 0,20 g, 0,23 g, 0,25 g, 0,28 g, 0,29 g, 0,30 g, 0,36 g, 0,43 g, 0,45 g, etc.). On utilise principalement des grammages entre 0,20 g et 0,25 g, les billes plus lourdes étant plutôt réservées aux tirs de précision. La vitesse de sortie baisse proportionnellement à l'augmentation du poids de la bille, mais sa stabilité dans l'air s'en trouve accrue. Elle permet ainsi d'avoir une trajectoire plus stable et une résistance au vent plus élevée (ce qui représente un intérêt non négligeable lorsque l'on tire avec un lanceur "manuel", encore appelé "spring", d'une cadence de tir très faible).

Gaz

Les répliques à gaz se divisent en 3 catégories distinctes :

  • Les GBB (Gaz Blow-Back), Leur principe de fonctionnement repose sur le principe du semi-automatique, chaque pression sur la détente provoque la percussion d'une valve qui va libérer une partie du gaz. Celui-ci va propulser la bille et actionner un bloc pompe qui va avoir pour effet de ramener la culasse en arrière puis en avant au moyen d'un ressort de rappel. Ceci permet l'introduction d'une nouvelle bille dans la chambre de tir. Etant donné leur principe actif (le gaz, souvent un réfrigerant ou un dérivé du propane à l'état liquide), ses performances (puissance notamment) sont fortement influencées par la température ambiante. En effet, en dessous de 0° C ou par faible température, presque aucun GBB ne fonctionne correctement, le gaz n'ayant pas la possibilité de se dilater correctement. Ces répliques peuvent soit tirer en coup par coup (semi-automatique) ou en rafales (automatique) suivant leur type et leur mécanique interne.
  • Les NBB (Non Blow-Back): Le système est simplifié a l'extrême. Ici le gaz ne sert qu'à propulser les billes. La culasse n'étant plus mobile, il en resulte une économie en gaz non négligeable qui permet de tirer beaucoup plus de billes. Le chargement des billes s'effectue par un système mécanique actionné par la détente de la réplique, ce qui explique la relative dureté de la course de détente. Ces répliques ne tirent qu'en semi-automatique, puisque les modes de tir automatique requièrent un mouvement de chargement.
  • Les CO2 : Les répliques utilisant du dioxyde de carbone ou bien de l'air comprimé, notamment certaines répliques automatiques, l'air étant contenu dans des bouteilles similaires à celles employées au paintball (leur capacité se voyant relativement limitée étant donné le méchanisme assez complexe employé). À noter que ces répliques très puissante (environ 400 fps) sont souvent interdite en partie d'intérieur (CQB).

Manuel

  • springs, les répliques manuelles (dits "spring" = à ressort) : le réarmement est manuel, ce principe étant principalement utilisé sur les répliques de fusils à pompes et pistolets ou il faut armer à chaque tir.
  • Les bolts ou répliques de precision : limités en billes mais ayant une plus grande portée/précision, ils fonctionnent sur le principe des spring mais avec des amélioration notamment au niveau de la résistance des pièces employées. Ils sont relativement peu bruyants, mais leur cadence de tir est limitée et la force employée pour réarmer le ressort à chaque tir augmente proportionnelement à la force du ressort utilisé.

AEG

  • Le lanceur automatique (ou AEG, pour Automatic Electric Gun) : ils éjectent les billes en rafales grâce à un système électrique relativement simple : une batterie alimente en énergie un moteur qui entraîne des engrenages qui vont eux-mêmes entraîner un piston qui va comprimer un ressort. Une fois le cycle terminé, les engrenages relâchent le piston qui va comprimer un volume d'air plus ou moins grand suivant le cylindre installé par l'action du ressort (qui va se détendre violemment). Ces répliques permettent une utilisation soutenue et une autonomie assez élevée en fonction de la capacité ainsi que de la puissance de la batterie utilisée. Leur puissance est modifiable par simple changement du ressort, mais le renforcement de nombreuses pièces peut s'avérer nécessaire afin de conserver la fiabilité de la réplique et éviter les casses. Leur principe de fonctionnement s'apparente donc aux répliques spring mais avec l'aide d'un systeme électrique.

Contrôles

  • Chronographe ou "Chrony" : il sert à tester la puissance développée par les lanceurs avant chaque partie pour éviter les fraudes de certains. Les vitesses maximales de bille les plus souvent utilisées et autorisées par la plupart des équipes sont 350 fps pour les lanceurs automatiques, 400 fps pour les semi-automatique et 450 fps pour les répliques dites bolt (fusils de snipe). Tous les tests sont effectués avec des billes de 0,20 grammes.

Terrains

L'airsoft se pratique habituellement sur des terrains naturels ou urbains. Ainsi forêts et constructions abandonnées sont les terrains de jeu privilégiés. Il est toutefois important de ne pas "provoquer la population" lors de la pratique de ce sport car comme dit ci-dessus, ce sport peut être amalgamé à une activité paramilitaire. Il est donc de rigueur de choisir des terrains assez éloignées des habitations et ce, surtout si l'utilisation d'artifices tels pétards ou fumigènes est autorisée dans les règles de jeu. Il est également important d'avoir l'autorisation de jouer sur le terrain, un accord ecrit avec le propriétaire est préférable pour ne pas avoir de soucis par la suite. Si le terrain est accessible par des personnes non joueur,la signalisation de la partie est indispensable et prévenir la gendarmerie du secteur est fortement conseillé.


Voir aussi

Questions fréquentes : FAQ

Liens externes

Liens généraux

Portails communautaires

Divers